« Il faut 100 casiers solidaires en Région Bruxelloise pour les SDF.  ».
C’est le souhait du député libéral David Weytsman qui interpelle la ministre sur ce mercredi après-midi au Parlement bruxellois. Objectifs : apporter un peu de confort et éviter des amas d’objets dans des lieux inappropriés. 
 
Les sdf sont de plus en plus nombreux en région bruxelloises. Le 5 novembre dernier, le cinquième dénombrement organisé par le Centre d’appui au secteur bruxellois de l’aide aux sans-abri (La Strada) a eu lieu. Les chiffres définitifs ne sont pas encore connus mais ils devraient varier entre 3.500 et 4.000 sans abris en région Bruxelloise. 3.500 est le dernier chiffre officiel. Il sera dépassé puisque depuis 10 ans, le nombre de SDF augmente malheureusement de 8 à 10% dans notre région. 
 
Pour ces personnes, sans cesse plus nombreuses, un problème est particulièrement prégnant : « Où ranger ses affaires personnelles en particulier pendant la journée ? ».  La plupart du temps, les quelques rares affaires qui leur appartiennent sont cachées dans des endroits ou emportés avec eux dans des sacs plastiques partout où ils se rendent. La crainte est en effet grande de se faire voler ou de perdre ses affaires.
 
Pour David Weytsman, cette situation n’est pas acceptable. « En termes d’image, dans ses démarches administratives ou lorsqu’il se balade en rue, le SDF est constamment regardé et jugé à cause des sacs en plastique ou autre couverture qu’il trimballe avec lui. Il faut lui permettre d’avoir un minimum de facilité. C’est la raison de mon interpellation à la Ministre Frémault. De plus, on ne peut pas accepter ces amas d’objets et autres couvertures qui traînent toute la journée devant des devantures de magasins ou dans des lieux publics tels que des entrées de gares ou de stations de métro. C’est aussi une question de propreté publique ! C’est vraiment l’intérêt de tout le monde. ». C’est la raison pour laquelle le député plaide pour la mise à disposition de « casiers solidaires » dans lesquels les SDF peuvent ranger leurs affaires quand ils n’en ont pas besoin.
 
En France, au Portugal mais aussi en Belgique à Ath et Liège
Une telle initiative existe en France depuis le mois d’octobre. « Concrètement, les sans abris se voient attribuer un casier de rangement pour une durée de 6 mois (renouvelable après évaluation). Ce dernier lui permet grâce à une clef d’avoir un endroit sécurisé, personnel et propre où stocker ce qu’il souhaite. C’est l’association Emmaüs Alternatives qui a implanté ces casiers. La seule contrainte pour le SDF, en échange d’un casier, est qu’il s’engage à rencontrer un travailleur social une fois par semaine » explique David Weytsman.
 
En Belgique, il n’existe que 9 casiers solidaires. Trois à Ath depuis décembre 2017 et 6 qui ont été inaugurés à Liège en août dernier par les asbl Sentinelles et Terre, deux asbl qui s’occupent de SDF. « Ce que font ces associations est merveilleux. Les politiques doivent prendre exemple. Les SDF sont contents, les commerçants sont contents et les habitants des quartiers également. C’est une proposition qui fédère toutes les parties. C’est plutôt rare. On doit s’y mettre ».
 
100 casiers pour la région
Pour David Weytsman, l’idée dans un premier temps est de trouver 10 points sur la région de Bruxelles avec, à chaque endroit, une dizaine de casiers. « Il faut mettre ces casiers dans des lieux de passage et facilement accessibles. Il faut également que pour une partie de ces endroits, un point d’eau soit disponible pour les SDF. Il faut, enfin ,que ces casiers s’intègrent dans l’architecture urbaine. Cela doit se fondre dans le décor. » Pour le député,  certains lieux sont inévitables pour cette initiative. C’est notamment le cas des gares centrales et du Nord et des stations de Métro De Brouckère,  Porte de Hal, Botanique,  …
X