A l’initiative de plusieurs parlementaires dont Viviane Teitelbaum, Présidente de la Commission environnement, nous avons voté, ce 18 janvier, une résolution visant à promouvoir les achats groupés d’énergie.
 
Ce système permet non seulement de mettre en avant les bénéfices que l’on peut tirer de la libéralisation du secteur énergétique en comparant les différentes offres sur le marché mais permet aussi au consommateur d’avoir plus de poids dans les négociations envers ces différents fournisseurs. On estime en effet que le fait d’entrer dans un achat groupé d’énergie peut permettre un bénéfice de l’ordre de 50 à 60 euros par an, avec parfois des pics allant de 250 à 300 euros par an. C’est loin d’être négligeable !
 
Cest un des nombreuses mesures à mettre en place pour aider notamment les Bruxellois se trouvant en situation de précarité énergétique. Cette précarité touche des milliers de personnes dans notre Région. « Si un ménage bruxellois consacre en moyenne 5,4 % de son budget total à l’achat d’énergie, pour les 25 % de ménages les plus pauvres ce chiffre s’élève à 8 %« .  Cette précarité peut conduire à ponctionner d’autres budgets dédiés à des besoins tout aussi vitaux comme le logement, l’alimentation ou l’éducation. Elle mène aussi à l’endettement ou aux mesures d’aide urgente qui n’apportent pas de solution à long terme aux problèmes des gens.
 
Le principe est simple : il s’agit de faciliter la coordination des consommateurs intéressés pour que ceux-ci puissent avoir plus de poids dans les négociations du coût de leur énergie avec les différents fournisseurs et bénéficier de prix plus avantageux. Toute personne intéressée confie ses coordonnées ainsi que son profil de consommation. Avec l’aide d’un intermédiaire spécialisé, un véritable appel d’offres est ensuite lancé. Le meilleur fournisseur emporte la mise, le prix étant le critère principal mais pas forcément le seul. Chaque candidat reçoit alors une offre personnalisée qu’il est libre d’accepter ou de décliner. À ce stade, l’intermédiaire n’intervient plus : le contrat est signé entre le fournisseur et le client. 

Cela permet à n’importe quel ménage bruxellois, mais surtout au public le plus précarisé, peu habitué à ce type de démarche sur Internet, de participer à l’achat groupé et de bénéficier des avantages associés. L’inscription est gratuite pour les citoyens.

Le secteur public peut et doit jouer un rôle dans le développement de cette modalité d’achat, en privilégiant les énergies vertes, car elle permet de « réguler » à la baisse le prix de l’énergie et d’éviter les abus. Accessible à tous les publics et en particulier aux plus précarisés, l’achat groupé leur permet de réduire significativement les factures de gaz, d’électricité et de mazout. 

 

Laisser un commentaire

X