Le chef de file bruxellois libéral, David Weytsman, demande la suspension immédiate et temporaire des travaux sur le chantier Schuman. Cette pause est cruciale pour ajuster le permis afin de prendre en compte les recours des riverains et des commerçants, qui exigent l’arrêt total du chantier. Les enjeux majeurs sont les problèmes de mobilité déjà identifiés et la fin de la bétonnisation excessive de la Place.

« Tous les comités d’habitants et de commerçant ont, ensemble, déposé un recours. Malgré l’engagement de la Région de ne pas débuter les travaux en cas de recours[1], ces derniers ont débuté. Cette décision n’est pas dénuée de risques ! La Région pourrait se voir infliger un jugement défavorable concernant son projet, l’obligeant à reconsidérer ses plans et à défaire ce qui a été entrepris, le tout aux frais des contribuables. Ces risques techniques et financiers ne sont pas acceptables ! Ce n’est pas une façon de gérer une Ville et ses finances publiques. »

« Les préoccupations concernant le financement persistent. À ce jour, l’incertitude demeure quant à savoir si le projet sera entièrement financé par le gouvernement fédéral ou par Beliris, au détriment d’autres initiatives régionales. Cette opacité financière qui handicape la capacité d’investissement de la région ».

« En tant qu’habitant du quartier, je constate un problème de mobilité réel depuis trois semaines, avec un déplacement du trafic vers les petites rues du quartier européen. Cela va à l’encontre de l’idée même des quartiers apaisés, dont la logique est de rediriger le trafic vers les axes principaux. Ici, la Région fait exactement le contraire en poussant le trafic vers nos rues davantage embouteillées. Cette situation doit cesser ! Je demande formellement à la Région et à la Ville de réaliser un comptage officiel de cette augmentation et une étude sur les conséquences en termes de pollution pour les riverains. »

« Les conséquences du projet sont déjà bien tangibles pour de nombreux commerçants: impossibilités de livraisons, difficultés de stationnements, et embouteillages plus nombreux. Les résidents sont pleinement conscients des problèmes engendrés par le report du trafic et expriment massivement leurs mécontentements. Il est impératif que nous les écoutions. »

« Enfin, considérons ces problèmes comme des opportunités pour améliorer ce projet. Le coûteux “Donut” (toit du projet) casse les perspectives vers les arcades du Cinquantenaire et devrait être abandonné. Nous plaidons, par contre, en faveur de l’intégration du rond-point Schuman dans un projet de promenade végétale plus vaste. Il s’agit d’une occasion unique de renforcer les liens entre les quartiers comme cela est repris dans tous les plans d’aménagement. Nous avions déjà déposé ces plans de promenade végétale. Ce projet pourra, à terme, s’étendre du Cinquantenaire vers le Parlement européen en couvrant également la ligne de chemin de fer. Une magnifique promenade pour unir les quartiers et répondre aux barrières urbaines que sont les rues de la Loi et Belliard ».

[1] 2.1. Rond-point Schuman : les membres du Comité de coopération prennent acte de l’avancement des études urbanistiques réalisées sous maîtrise d’ouvrage de la Région. Au vu de l’inscription du projet dans le RRF, ils valident la préparation du chantier et des travaux concessionnaires par beliris, ainsi que la mise en adjudication des travaux. Cependant, au vu notamment des risques existants sur la procédure de délivrance du permis, ils conviennent que tant qu’un ou plusieurs recours en suspension au conseil d’état sera pendant, les marchés de travaux ne pourront pas être notifiés. » Procès-verbal de la réunion du 26/05/2021. ACCORD DE COOPERATION ENTRE L’ETAT FEDERAL ET LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

 

Laisser un commentaire

X