Il y a un an, les magasins Carrefour et Delhaize instaurait des heures silencieuses dans leurs magasins belges. Une démarche initiée par le député libéral bruxellois David Weytsman. Entretien.

– Il y a un an, plusieurs grandes chaînes de magasins ont instauré des heures silencieuses en Belgique. De quoi parle-ton ?

Toute une série de personnes sont très sensibles au bruit, à la lumière et au stress. En particulier celles qui présentent un trouble du spectre de l’autisme. Depuis plusieurs années en France, il y a une réflexion pour améliorer l’accessibilité des commerces à ces personnes. Une des idées retenues est l’instauration d’heures silencieuses.

Concrètement, il y a entre 80.000 et 100.000 personnes qui présentent un trouble du spectre de l’autisme dans notre pays. Elles sont particulièrement fragiles face aux bruits parasites (la musique, les bips aux caisses, les annonces) ainsi qu’à l’intensité lumineuse et à la foule. L’idée est de réduire ces bruits parasites durant une heure ou deux afin de permettre une meilleure accessibilité à ces personnes.

– C’est instauré en Belgique depuis un an et c’est, entre autres, grâce à votre travail.

J’ai eu l’occasion de rencontrer Comeos à plusieurs reprises dès septembre 2022. Nous avons organisé un groupe de travail avec les plus grandes marques de supermarché en Belgique. Je leur ai parlé de l’expérience française et des résultats obtenus qui sont tous concluants. Je les remercie de jouer le jeu. Beaucoup étaient contentes, car ça attire de nouveaux clients et c’est bon pour l’environnent.

Parallèlement, j’ai déposé une proposition de résolution en ce sens au Parlement bruxellois. L’idée n’était pas d’imposer, mais d’inciter.

Et en 2 mois, plusieurs acteurs de la grande distribution se sont engagées à instaurer de telles heures. Depuis fin novembre 2022, des créneaux horaires spécifiques sont proposés dans plusieurs enseignes belges.

 

X