J’ai rédigé, avec ma collègue Bianca Debaets une stratégie visant à plus de sécurité pour les Femmes dans l’espace public. Celle-ci a été votée à l’unanimité à la Ville de Bruxelles, engageant ainsi un travail sur plus de sécurité, mais également sur plus un sentiment de sécurité plus grand, primordial lui aussi.

Ci-dessous, nos demandes au Collège :

  • De poursuivre sa politique de mixité des fonctions (logement, commerce, soin, accueil, éducation, services, etc.) accessibles dans un périmètre raisonnable ;
  • De persévérer dans la féminisation de l’espace public (noms de rues, places, parcs, écoles, fresques, etc.) avec pour objectif une représentation égalitaire à 50%-50% ;
  • De continuer à travailler activement auprès des propriétaires pour réduire le taux d’inoccupation des logements dans certains quartiers afin qu’ils ne soient plus perçu comme des « quartiers fantômes » ;
  • D’introduire une demande à la Région de Bruxelles-Capitale pour créer une catégorie spécifique dans « Fix my street » qui permette aux usager.e.s de signaler une zone ressentie comme peu sûre et/ou un aménagement urbain problématique en terme de sécurité ;
  • De continuer à développer l’expertise et les outils permettant :
    • de systématiser l’intégration de la dimension de genre dans l’aménagement des espaces publics ;
    • de pouvoir identifier les zones ressenties comme dangereuses ainsi que les facteurs associés à cette insécurité sur base de critères objectifs (rapports fixmystreet, infractions constatées et plaintes recueillies par la police, marches exploratoires, etc.) ;
    • d’agir précisément et localement pour adapter les lieux identifiés aux besoins spécifiques des femmes ;
  • D’agir sur le sentiment d’insécurité des femmes via l’adaptation des luminaires existants et du Plan communal d’Eclairage selon l’angle du genre, afin d’avoir un éclairage public « intelligent » et conforme aux normes internationales ;
  • De porter la même attention à l’aménagement des parcs, des aires de jeux pour enfants et des espaces verts au sens large (au moyen de miroirs, d’éclairage amplifié en cas de passage pendant les dernières heures d’ouverture, de panneaux d’information, de structure de parc ouverte et de sentiers accessibles, de privilégier la végétation basse, de la présence de travailleurs de quartier pendant les vacances, etc.) ;
  • De proposer davantage de toilettes publiques, notamment dans les parcs, en prévoyant également un espace pour l’allaitement et l’alimentation des bébés ;
  • D’installer des bancs publics spécifiquement adaptés pour l’allaitement ;
  • D’encourager les établissements de restauration à équiper leurs toilettes, « dames » et « messieurs », d’une table à langer et/ou à défaut d’un baby-corner unisexe ;
  • D’encourager les établissements de restauration à autoriser ouvertement l’allaitement maternel dans leur établissement, par exemple via leur participation à l’action « #breastfriends ».

Pour lire le texte complet, rdv ici : https://www.bruxelles.be/sites/default/files/bxl/workflow/14-12-2020/14%2012%202020%20OJ%20point_punt%20(046)/046_Rapport%20Conseil.pdf

Laisser un commentaire

X