Le Collège de la ville de Bruxelles annonce ce mercredi que le projet Neo au plateau du Heysel doit être remis à plat.

Le chef de groupe MR de la Ville de Bruxelles, David Weytmsan, est soulagé que l’opposition ait enfin été entendue lundi soir. Lors du dernier conseil communal de ce lundi, les libéraux avaient en effet longuement plaidé pour la remise à plat du dossier.

Le MR de la Ville de Bruxelles exige depuis plusieurs mois qu’on puisse remettre à plat ce projet. Une position qui fait suite aux décisions du Collège de maintenir le Stade sur le site historique (hypothéquant ce faisant la construction de logements de qualité) et suite aux informations révélées par les organisateurs de Foires et Salons sur les besoins en investissements du Palais d’exposition (incompatibles avec la construction d’un grand centre de convention unifonctionnel).

« L’objectif doit permettre de réaménager l’ensemble du Plateau du Heysel, en lien avec le quartier et l’Avenue Houba de Strooper à revitaliser. Il faut aussi s’assurer la création de grands espaces verts offrant des lieux de calme et loisir à l’ensemble du quartier. Il est nécessaire de construire des logements en nombre limité et de qualité, de type moyen et supérieur pour reconstruire un équilibre social par le retour des classes moyennes. Et enfin, nous demandons la construction d’infrastructures commerciales, de loisirs et culturelles visant le qualitatif plus que le quantitatif, en lien direct avec le Palais d’exposition, et disposant d’un plan de mobilité et de parkings adéquats » expliquent David Weytsman et Clémentine Barzin.

Le chef de groupe MR, David Weytsman, demande qu’un conseil communal extraordinaire permette au Bourgmestre de présenter à l’ensemble des conseillers communaux les nouvelles études et analyses qui l’ont poussé à remettre tout le projet à plat tel que présenté dans la presse ce mercredi matin. « Il faut également construire ce projet avec les riverains et les tenir informés directement des évolutions afin qu’ils puissent se faire entendre. Ils ne peuvent pas apprendre par la presse tous les 6 mois que le réaménagement de leur quartier va encore changer » précise Clémentine Barzin.

L’aspect financier est également au coeur du débat. « Nous demandons au bourgmestre de connaître l’impact financier sur les finances de la Ville de ce changement de stratégie. Nous souhaitons également connaître la méthodologie de travail et le montant du budget prévu en termes de consultance et d’honoraires d’avocats » conclut David Weytsman.

X