Ci-dessous, voici ma réplique au budget 2021 à la Ville de Bruxelles.

———————-

Monsieur le Bourgmestre,

La crise que nous vivons était au début sanitaire.

Elle est rapidement devenue économique. Les libéraux ont d’ailleurs déposé une stratégie, dès le mois d’avril,  pour une politique massive d’urgence de soutien et de relance  économique. Cet ajustement nous rappelle que cette crise est aussi budgétaire. Le résultat négatif est historiquement mauvais pour la Ville de Bruxelles ! Pourtant, ça ne fera pas l’objet de critique de mon groupe.

Mon groupe politique souhaite, avant tout, être en pensée avec toutes les familles endeuillées. Ce virus s’est remis à tuer intensivement, partout, dans tous les quartiers, à tous les âges. Nous devons, toutes et tous, continuer à rendre hommage à tous les professionnels, aux bénévoles, aux aidants proches qui font un travail difficile au quotidien… Le budget doit refléter cette priorité politique. Les dépenses liées au COVID sont élevées : fournitures de désinfection et protection, fournitures pour masques, masques, divers produits hydroalcooliques, panneaux et structures en plexiglass… Oui, ces dépenses sont élevées mais elles sont utiles !  Le MR soutiendra ces dépenses, comme les investissements dans toutes les politiques de santé.

Mon groupe veut aussi s’engager auprès de tous les commerçants, les indépendants, les travailleurs qui ont dû fermer, qui ont été mis au chômage ou qui ont vu leur chiffre d’affaires s’effondrer. Depuis des mois, nous invitons la Ville à développer une stratégie massive de soutien et de relance économique ! Par « massive », il faut entendre « budgétairement » importante.

C’est le moment de soutenir et d’investir! Pour un état providence, il faut une économie…  Vous avez été hésitants dès le début. Vous avez d’abord refusé nos propositions de soutenir, par des primes, ces commerces. Vous avez refusé d’investir dans un plan de relance pendant l’été « n’y criant pas vraiment ». Aujourd’hui, les choses commencent enfin à bouger, mais uniquement pour l’Horeca… Il faut que ce budget reflète davantage l’urgence économique !

Monsieur le bourgmestre,

Même si nous reconnaissons que la situation est difficile, nous nous opposerons à ce budget pour quatre raisons principales.

1. Ce budget ne reflète pas l’urgence économique !

  • Aucune prime (forfaitaire ou en fonction de la perte de chiffre d’affaires, comme nous l’avons proposé) et aucune baisse de taxes pour les commerçants contrairement à ce qui a été réalisé dans d’autres communes ? Il y a ceux qui ont dû fermer, mais il y a ceux qui restent ouvert mais ne travaillent plus… En particulier dans le Pentagone et le Quartier Européen. On vous en parle depuis des mois. Toujours rien. Pourquoi ?
  • Vous savez, comme moi, que nombreux commerçants ne peuvent payer leur loyer. Des propriétaires ont fait des efforts. Je veux les en remercier. Depuis des mois, nous vous suggérons d’étudier une baisse des additionnels au précompte immobilier. Ce serait directement un ballon d’oxygène pour les commerçants. Toujours rien !
  • Aucune nouvelle politique pour booster la création d’emplois et l’entreprenariat n’est lancée alors que de notre expérience du terrain, c’est ce que demandent les jeunes :  Des Jobs ! En particulier dans des quartiers comme les Marolles, Anneessens ou Bockstael.

2. Nous voulons que la Ville investisse davantage dans ces politiques « oubliées » de votre Collège :  

  • « Propreté publique» dont les dépenses atteignent moins de 2 % du budget total.  
  • « Espaces verts» fortement mobilisés pendant cette crise et délaissés par manque de travailleurs et d’investissements.
  • « Rénovation des voiries ». A ce rythme-là, il faudra 20 ans pour rénover les trottoirs de notre Ville.

3. La Ville a abusé de la mise en chômage technique et temporaire… Près de 1000 travailleurs, gardiens de la paix, personnels dans l’enseignement, administratifs, jardiniers ont été mis en chômage temporaire faisant reporter leur rémunération sur le budget fédéral… C’est une technique financière qui a mobilisé nombreux experts de la Ville sans aucun intérêt pour le contribuable et pour les finances de la Maison Belgique. Cela a mis la pression sur ce personnel qui aurait pu continuer à être payé par la Ville, comme dans d’autres communes.

4. Finalement, je ne vois aucune stratégie de lutte contre les dépenses excessives. Aucune présentation des efforts réalisés pour baisser les frais d’énergie, les frais de fonctionnement des cabinets des échevins, aucune optimisation des bâtiments de la Ville dont certains sont vides… Un audit général serait utile. Ces efforts sont pourtant indispensables si on veut pouvoir dégager des marges pour financer les besoins futures dès 2021.

Je vous en remercie.

Laisser un commentaire

X