Autres

Interdiction d’alcool : “Ce qu’il faudrait interdire, ce sont les effets d’annonce inutiles”.

16 octobre 2019 Pas de commentaire

Comme l’ont rapporté de nombreux médias,les problèmes de sécurité, d’incivilité, de malpropreté sont de plus en plus graves dans certains quartiers de Bruxelles. Les chiffres le montrent. Le bourgmestre a enfin dû le reconnaître après des mois de débats. Et le piétonnier n’est pas épargné ! 

Pour David Weytsman : “Ce projet de réaménagement ne peut réussir que si on assure l’ordre public au quotidien. Cela demande du courage. Mon groupe soutiendra toutes les mesures efficaces et proportionnées. Mais je ne vais pas soutenir une 20ème communication d’un Bourgmestre qui vise davantage à faire oublier que sa majorité s’est à nouveau déchirée tout ce weekend que de répondre structurellement aux problèmes de propreté et sécurité.  Après chaque trouble à l’ordre public, le bourgmestre fait des annonces”.

Depuis 15 ans, l’insécurité est au coeur des débats bruxellois. 
Et depuis 15 ans, les bourgmestres socialistes ne font rien tout en promettant de faire.
– 2014, un rapport de l’ONU place Bruxelles 2ème ville la plus dangereuse d’Europe. 
– 2015, plusieurs comités de quartier disent craindre le piétonnier pour la sécurité et dénonce le manque de concertation. Y. Mayeur et les socialistes rassurent.
– 2017, L’Horeca interpelle les politiques et se plaint dans la presse de l’insécurité.
Philippe Close rassure : “le premier droit des citoyens est de vivre en sécurité”.
– 11/11/2017 : Viloences dans le centre Ville
– 15/11/2017 : Violences à la Place de la Monnaie 
Philippe Close promet d’agir. 
– Novembre 2018, les commerçants du centre disent que la situation empire. 
Philippe Close promet d’agir: plus d’agents et des caméras.
– Mars 2019, les commerçants sont à bout notamment à Lemonnier. 
Philippe Close promet des agents et des caméras sur le quartier.
– Janvier 2019 : Philippe Close annonce un grand plan sécurité. 
– Septembre 2019, suite à un reportage de VTM, Philippe Close promet d’agir 
– Octobre 2019 :  Philippe Close promet d’agir 

Pour David Weytsman : “Il faut arrêter de dire qu’on va agir et il faut faire maintenant. La solution politique est simple. Faire de la sécurité et de la propreté publique, une priorité ! Au niveau de la répression, mais aussi prévention, enseignement et même de l’aménagement de la Ville. Si je me bats tant pour améliorer des projets comme les Boulevards du centre, le piétonnier du rond point Schuman ou le projet Neo, c’est qu’il faut réfléchir à la façon de gérer ces espaces publics, ouverts et potentiellement vides à certaines heures, afin les aménager intelligemment”.

Pour le chef de groupe libéral: “Le problème de sécurité à Bruxelles, c’est aussi 20 ans de mayorat socialiste! Ces bourgmestres ont toujours été plus intéressés par l’organisation événementielle de la Ville que par la propreté publique et sécurité . La vérité c’est que le Bourgmestre de Bruxelles a déjà TOUT en main aujourd’hui pour agir. Il possède déjà tout l’arsenal réglementaire pour intervenir. Ce n’est pas nécessaire de se lancer dans des interdictions généralisées et complètement incontrôlables (eau ou vodka dans votre gourde? Assis sur un banc, non mais sur une terrasse à 2 m, oui!) … C’est de la comm. Du vent… ”

Le MR rappelle également que les enjeux autour du thème de l’insécurité sont nombreux. 

Un enjeu humain tout d’abord : “Derrière chaque chiffre, il y a une histoire, il y a une victime. En tant que politique, nous devons empêcher les Bruxellois de devenir des victimes”.
Un enjeu économique également. “L’insécurité fat fuir les Bruxellois, les chiens, les touristes, elle fait fuir certaines sociétés implantées à Bruxelles et elle décourage certains projets portés par des petits indépendants qui sont dégoûtés”.

“Le Bourgmestre annonce une interdiction débutant le 1er janvier 2020. Je propose d’agir avec efficacité sur 3 mesures ! Et d’évaluer par la suite s’il faut interdire davantage ou pas.

Des policiers présents sur le piétonnier et une antenne mobile. Cela faisait partie des ambitions de l’ancienne majorité une fois les travaux entamés. La majorité Ecolo Defi PS n’en veut pas. Je le regrette!
Faire appliquer la loi ! Il est interdit d’être en état d’ébriété sur la voie publique. Avant de prévoir une interdiction généralisée, je lui propose de faire respecter la loi. Le bourgmestre peut aujourd’hui procéder à des arrestations administratives, pendant 12h, de toute personne en état d’ébriété qui contrevient à l’ordre public. Qu’il le fasse! Qu’il agisse! 
S’attaquer aux récidivistes ! Je suis sur le terrain. Je parle avec les policiers. Ils me disent que ce sont souvent les mêmes personnes qui posent problèmes.  Avant de fixer une interdiction généralisée, pourquoi ne pas sanctionner fermement les récidivistes et les éloigner ? Le bourgmestre peut interdire l’accès au Piétonnier à ces personnes.  Vincent de Wolf l’a fait notamment à la Chasse. Le bourgmestre a la possibilité d’interdire l’accès au piétonnier, jusque pendant 3 mois. La Police les connait et pourra intervenir directement. ”

et David Weytsman de conclure : “Si j’étais le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, voila ce que je ferais directement dès demain ! Bien plus que des interdictions difficiles à vérifier”.

X