En résumé, voici tout l’enjeu du Contrat de Quartier Jonction, compris entre les Marolles et le quartier Stalingrad.

Il s’agit du 16e Contrat de Quartier Durable attribué par la Région à la Ville de Bruxelles (27 millions). La Jonction a toujours été perçue comme une sorte de “no man’s land”, un périmètre qui comprend une quinzaine d’îlots (la dalle, le skatepark, les Brigittines, les Ursulines, la place des Wallons, etc.), bordés par la rue Blaes, la rue des Tanneurs, le boulevard Lemonnier et le boulevard du Midi. Censée relier deux quartiers culturellement différents, cette Jonction Nord-Midi sépare en réalité les Marolles et Stalingrad. Finalisé en 1952, cet axe de 2,8 km (en grande partie souterrain) s’est rapidement hissé parmi les symboles de la modernité en Belgique. Prouesse technique, certes, mais qui en fonction des années a fini par fragiliser le tissus social. Aujourd’hui, c’est toute une surface au potentiel énorme qui est sous exploitée. Sous ces voiries de chemin de fer, il existe des tas de passages, de locaux, d’espaces publics, qui, s’ils sont correctement aménagés, reliés, pensés et rénovés amélioreront considérablement la vie des habitants.

L’objectif de ce Contrat de Quartier, c’est donc d’améliorer les liens entre les quartiers puisque les habitants évitent de franchir “cette barrière”. Il s’agit également de créer un sentiment d’identité dans le quartier, le sentiment de partager un cadre de vie commun. Les enjeux sont donc multiples, à la fois socio-économiques, urbanistiques, architecturaux, de patrimoine, d’aménagement de l’espace public et de mobilité, le tout pensé de manière durable. C’est une partie importante de la Ville, l’endroit où le haut et le bas se rencontrent (en dessous du Sablon, au-dessus de la rue des Alexiens). L’objectif est de ramener du beau dans une partie de la Ville longtemps déconsidérée. C’est un enjeu important pour les habitants de la Jonction, mais aussi pour toutes les Bruxelloises et tous les Bruxellois. Tous les projets doivent s’articuler avec le Contrat de Quartier Marolles qui débute juste à côté (le socio-économique commence en octobre-novembre). Une réflexion sera donc faite au niveau du logement, en envisager davantage par exemple dans le CDQD Marolles, offrir une offre de sport complémentaire, etc.

Le projet phare : rendre plus agréable l’espace public aux abords de la Jonction et de l’immeuble de logements Brigittines/Visitandines. En construisant ce grand immeuble en tour, de la place a été créée. La volonté, c’est donc de réaliser un parc urbain uniforme et plus ouvert. Car pour le moment, il est morcelé. Devant Recyclart : suppression de la zone de parking. L’idée est aussi de supprimer les trottoirs et de créer une zone 20 de plein pied, une continuité au parc. Cela évitera le parking sauvage et permettrait aussi à terme que Recyclart (ou un autre projet culturel) y développe une terrasse. Parmi les projets également : celui d’uniformiser le revêtement pour que la Jonction se fonde dans le quartier.

Le projet des six tunnels. C’est un projet participatif qui lie différents groupes de quartier. Et puis, c’est également un projet artistique. Le Contrat de Quartier prévoit une gigantesque fresque sur le toit des tunnels (trois au moins, voire six). La rénovation (nettoyage) débute en mars 2018 (recimentage, éclairage, etc.). De cette manière, le passage entre les deux parties du quartier sera plus agréable, le sentiment de sécurité sera renforcé.

Quatre années durant, différents porteurs de projets socio-économiques se sont mobilisés pour renforcer l’identité du quartier, la cohésion sociale et, de manière générale, la qualité de vie et le bien-être des riverains, en synergie avec les initiatives déjà existantes dans le quartier. Quinze projets ont été mis en œuvre par des associations (accompagnement à l’emploi et au logement, cohésion sociale dans la grande tour de logements sociaux, sport dans l’espace public, formation à la cuisine, accrochage scolaire,  etc.) Enfin, jusqu’en février 2019, en plein cœur du périmètre, l’équipe du Contrat de Quartier accueille et informe les habitants à l’Antenne de Quartier la Vitrerie située rue de Nancy, 17-19. Le Contrat de Quartier Jonction lance deux fois par an un appel à initiatives citoyennes “Made in Jonction” destiné aux habitants et associations désireux de développer des projets renforçant la convivialité et la cohésion sociale dans leur quartier (le dernier appel cette année). Montants : jusqu’à 3500 euros pour des petites choses concrètes qui touchent au quotidien des gens.

Sur le terrain: des terrains de pétanques ont été développés dans un but intergénérationnel. Les équipes du CDQD font en sorte d’amener des événements sur la Dalle pour montrer aux gens qu’il va y avoir du changement. Il s’agit tout de même d’une grande terrasse urbaine unique à Bruxelles, libre et sans voitures. Chaque année, en septembre, on y organise la grande fête “On a la Dalle”. En le réaffectant correctement, cet espace public pourrait servir de passerelle sociale et culturelle. L’objectif est de désaffecter les logements sociaux au rez-de-chaussée et de réserver cet espace aux associations pour créer de l’activité, du passage, une vie de quartier. Projets : café social, atelier de réparation de vélo (en collaboration avec les Ateliers des Tanneurs).

Merci à Julien Semninckx du Vlan pour ce résumé

 

 

Laisser un commentaire

X